Scolarité

Formation du comédien
(1er cycle)

Formation
« Jouer
et mettre en scène »

École doctorale SACRe (3e cycle)

Formation des artistes intervenant en milieu scolaire (AIMS)

SOUTENANCES PASSÉES

Les premières soutenances SACRe ont eu lieu en octobre et novembre 2016 :

Marcus Borja (recruté en 2014) : il a soutenu le 1er décembre 2017. Sa thèse s'intitule : Poétiques de la voix et espaces sonores, la musicalité et la choralité comme bases de la pratique théâtrale, sous la direction de Jean-François Dusigne et Sylvie Deguy. Il a obtenu son titre de docteur avec les félicitations du jury faisant honneur au Conservatoire.

► Voir les captations de la soutenance de Marcus Borja (Vidéaste : Thomas Vauthier) :





Linda Duskova (recrutée en 2013) : elle a soutenu les 20 et 21 octobre 2017 (spectacle et soutenance théorique). Sa thèse s’intitule : Image et conscience : autour des enjeux de l’image fixe dans la création théâtrale (sous la direction de Jean-Loup Rivière). La mention « très honorable » et les félicitations du jury qui ont accompagné l’obtention de ce titre de docteur font honneur à notre école.

Lena Paugam (recrutée en 2012) a soutenu le 27 février 2017. Sa thèse s’intitule : DEPASSER LE PRESENT, Le désir de l’acteur à l’épreuve des dramaturgies de la sidération.
Mention obtenue : Très honorable. Directeurs de recherche : Jean-Loup Rivière et Thierry Thieu Niang
"Ma thèse expose les caractéristiques formelles et substantielles d’un ensemble littéraire appelé « dramaturgies de la sidération ». A travers un cycle de création intitulé « La crise du désir – états de suspension, espaces d’incertitudes » et comprenant six mises en scène réalisées entre 2013 et 2016, je me suis interrogée sur le rapport entre sidération et désir dans les dramaturgies modernes et contemporaines. Puis, envisageant la notion de présence comme un processus consistant à se projeter en permanence au-delà du présent, vers un futur immédiat, j’ai abordé la notion de désir comme un outil conceptuel au service de la mise en scène, ce qui m’a permis de travailler sur le rapport de l’acteur à la temporalité de la représentation théâtrale."