Scolarité

Formation du comédien
(1er cycle)

Formation
« Jouer
et mettre en scène »

École doctorale SACRe (3e cycle)

Formation des artistes intervenant en milieu scolaire (AIMS)

SÉMINAIRES

Séminaires (2017-2018) :

Mercredi 20 juin 2018
de 10 heures à 16 heures
au Théâtre du Conservatoire

L’art et son autre
Présentation complète du séminaire

Tout art se renouvelle et se développe souvent (toujours ?) quand il se nourrit d’une autre pratique (au théâtre, par exemple, Appia et la musique, Craig et la gravure, Brecht et la philosophie marxiste, etc.). Aujourd’hui, pour beaucoup d’artistes, la science joue ce rôle. Il s’agit de revenir sur un certain nombre d’expériences, et d’observer comment fonctionne cet apport.
Lors de la matinée, « Gestes », des œuvres originales sont proposées et enchaînées sans commentaires. L’après-midi, « Café », est le temps du débat avec les théoriciens et artistes intervenus le matin.

Séminaires passés

24 mars 2018
Présentation complète du séminaire Le Décousu et le Déchiré
Ce séminaire est organisé par le CNSAD / le Laboratoire et SACRe / le Laboratoire. Il fait partie de la formation des doctorants SACRe. Il est également destiné aux élèves du CNSAD faisant partie du cursus « Jouer et mettre en scène ». Conçu et réalisé par et pour des artistes, il met la création au premier plan. Il dure une journée : la matinée, intitulée « Gestes », présente une suite d’œuvres originales enchaînées sans commentaires (œuvres de pensée, scènes, extraits de films, seul en scène, théâtre d’objets, performances, installations, etc.). L’après-midi, intitulée « Café » est le temps de la discussion, de l’interprétation, du commentaire des « événements » de la matinée avec les théoriciens et artistes intervenus le matin. La « création » d’abord, le « commentaire » ensuite.

15 décembre 2017
Présentation complète du séminaire Où est la politique?
Entre le « tout est politique » et « l’art pour l’art », entre « engagement » et « autonomie », le politique se faufile selon des dynamiques et des épiphanies étranges ou reconnaissables, avouées ou insues, volontaires ou hasardeuses. Des œuvres originales exposeront ces méandres avant une après-midi de débats avec les auteurs de ces œuvres.

Scène I : Réunion chez Jean-Claude de Julie Bertin et Jade Herbulot, avec Anna Fournier, Éléonore Arnaud, Antoine Louvard, Pierre Duprat, Lazare Herson-Macarel. / Pensée 1 : La "tragique dignité" de la politique par Olivier Neveux / Citation : La Chinoise de Jean-Luc Godard (extrait)./ Pensée 2 : Les multiples vies de Polichinelle par Bertrand Ogilvie. / Scène 2 : Chroniques des invisibles de Barbara Métais-Chastanier, avec Julie Moulier (interprétation) et Sarah Métais-Chastanier (création musicale et interprétation).


Séminaires à venir (2018-2019) :

Le « contre-intuitif » et « l’irreprésentable »
Depuis longtemps, les mathématiques ou la physique ont affaire à des objets qui échappent à l’intuition. Depuis toujours, les artistes ont lien productif à ce qui reste irreprésentable. Qu’est-ce que cela veut dire ? Et y a-t-il un rapport entre les deux notions. N’y a-t-il pas là le lieu commun à la recherche scientifique et à la création artistique, lieu qu’il s’agit de décrire et de définir.

L’art utilitaire
Cette déplaisante expression — dans la mesure où tout artiste authentique n’a pas de visée en dehors de l’œuvre qu’il crée — prend en compte les cas où l’art se trouve soumis à une finalité supérieure (Par exemple, au théâtre, perfectionner la foi (L’Auto sacramental) ; enseigner le latin et former à la rhétorique (le théâtre des jésuites) ; stimuler la conscience politique (Agit-prop) ; former à la dialectique (le Lehrstück brechtien) ; etc.). Il s’agit de réfléchir aux formes actuelles d’art « utilitaire » (l’art comme outil de la recherche, comme moyen de formation, comme facteur de socialisation, etc.).

Dormir, rêver peut-être
Le cerveau reste en activité pendant certaines phases de sommeil. Quel rôle ce travail nocturne occupe-t-il dans la création artistique ? Le sommeil, l’inconscience, l’insomnie, les états intermédiaires peuvent-ils être objets d’art ou moyens féconds d’invention ? Entre sciences, art et littérature, une exploration de ce temps qui prend le tiers d’une vie humaine.